Visuel du bouquet de services académiques

Lettres et Histoire Géographie

Vies d’exil

Du 9 octobre 2012 au 19 mai 2013 à la Cité Nationale de l’Immigration

Travail, école, logement, engagement politique et syndical, vie culturelle et intellectuelle... cette exposition propose un focus sur les multiples facettes de la vie quotidienne des Algériens en France pendant la Guerre d’Algérie.

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, la Cité nationale de l’histoire de l’immigration propose avec l’exposition Vies d’exils, des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie une plongée inédite dans le quotidien des travailleurs algériens en France entre 1954 et 1962. Pendant cette période, l’immigration, loin de ralentir, s’accélère au contraire, la population algérienne passant au cours de la période de 220 000 à 350 000 personnes.

Informations pratiques

Galerie d’exposition temporaire

Du 9 octobre 2012 au 19 mai 2013

Du mardi au vendredi de 10h à 17h30. Samedi et dimanche de 10h à 19h

Plus de détails à l’adresse suivante :

http://www.histoire-immigration.fr/2012/1/vies-d-exil-des-algeriens-en-fran...

La version complète du documentaire sur la Guerre d’Algérie diffusé sur France 2 cette année :

http://www.youtube.com/watch?v=wfb36UNaSBA

Le destin de familles entre 1830 et 1962, "quand l’Algérie était française" :

http://www.youtube.com/watch?v=FLgoixE29pM&feature=related

Le magnifique film de Florent Emilio Siri, L’Ennemi intime, accessible en ligne :

http://www.youtube.com/watch?v=QdECDpBQ3tc

Le film aborde de nombreux aspects de la guerre d’Algérie, notamment l’emploi de la torture et l’utilisation du napalm par l’armée française contre les combattants algériens, les exactions commises envers les civils pris entre les deux camps (armée française et FLN) au nom de l’exemple ou par mesure de répression, le rôle des harkis vétérans algériens de la Seconde Guerre mondiale décriés par leurs compatriotes indépendantistes, les exécutions sommaires de fellaghas maquillées en tentatives d’évasion, la désertion et le doute chez les militaires français dont certains ne peuvent s’empêcher de penser qu’ils se comportent comme l’occupant allemand qu’ils ont précédemment combattu.

On peut considérer le film comme un équivalent français de Platoon.

Ce film avait été précédé cinq ans auparavant du documentaire de Patrick Rotman réalisé en 2002 :

http://www.youtube.com/watch?v=1JFzut3ek_Q

Mise à jour : 23 octobre 2012