Visuel du bouquet de services académiques

Lettres et Histoire Géographie

Gérer les risques de mouvement de terrain dans la ville de Laon (Aisne)

I - Laon, une ville à risques ?

II - Gérer les risques à Laon

2° - Géographie – Sociétés et développement durable
Sujet d’étude : les sociétés face aux risques

Situation : Gérer les risques de mouvement de terrain à Laon

Présentation de la séance et dossier documentaire - Risques à Laon format PDF - 3.8 Mo
Présentation de la séance et dossier documentaire - Risques à Laon format Word - 5.5 Mo

L’étude de cas proposée ci-dessus a été réalisée avec deux classes de seconde pro (Sanitaire et social et Commerce). Cette séance d’une heure s’intègre dans la séquence sur le sujet d’étude qui traite des sociétés face aux risques. Elle a été suivie d’un travail sur le tremblement de terre de janvier 2010 dans la région de Port-au-Prince (Haïti) pour montrer l’inégale vulnérabilité des sociétés face aux risques.

Cette géographie locale intéresse les élèves puisqu’ils connaissent les lieux. L’objectif est de voir si le lycée et la ville dans laquelle ils étudient et/ou vivent sont soumis à des risques. J’ai choisi le risque de mouvement de terrain car la ville haute de Laon est particulièrement concernée et vulnérable (risque 4/5 à 5/5 d’après le zonage réglementaire du Plan de Prévention des Risques). On répertorie des effondrements, des glissements sur les pentes, des affaissements, de terrain, souvent liés à l’érosion des eaux pluviales ou au rejet des eaux usées dans les sous-sols.

Ce risque n’est pas naturel car il résulte surtout de la surexploitation des carrières de pierre calcaire du sous-sol sur la longue durée. Comme le commande le programme, j’ai insisté sur le rôle des différents acteurs qui gèrent ces risques et mettent en œuvre une politique de prévention.

Ce travail a été mené à partir de l’excellent DvD « Face aux risques », édité par le Scéren-CNDP en 2006. J’ai utilisé les 3 courtes séquences sur Laon, à l’intérieur d’un reportage de 20 minutes qui traitait aussi des ruines de Séchilienne (Isère). On voit le travail de M. Denis Montagne, responsable du service de recherche et d’inspection des carrières de la ville de Laon. On croise M. Antoine Lefèvre, qui explique son rôle dans l’information et la protection des citoyens, ainsi que dans la mise en place d’un réseau de collecte des eaux usées. On rencontre M. Pertin, un habitant du centre-ville. Des travaux de consolidation sont indispensables, mais ils représentent deux fois la valeur de sa maison. Les subventions atteignent 30% du montant des travaux. J’ai aussi utilisé un court extrait pour contextualiser ces risques de mouvements de terrain à l’échelle de la France et rappeler la catastrophe de Clamart en 1961 (21 morts).

Le lancement du cours a été réalisé avec cette vidéo de Laon-TV d’avril 2010. Les élèves étaient guidés par le questionnaire de la page suivante. Ils proposaient ensuite à l’oral une réponse, notée par le professeur sur le TBI afin de tenir le temps restreint prévu pour cette séance (1h). J’ai aussi utilisé un TBI afin que les élèves localisent les lieux évoqués dans les vidéos, les lycées de Laon ainsi que le centre hospitalier sur la carte du PPR

Mise à jour : 21 juin 2012