Lettres et Histoire Géographie

Sujet de l’épreuve de français session juin 2007

Mise à jour : 31 janvier 2012

La littérature a la mémoire assez courte. En effet, qui se souvient de Frédéric Boutet ? Sans doute personne. Ou presque. Et pourtant l’homme mérite qu’on s’y attarde. Né en 1874, il fut un écrivain plus que prolifique. A son actif : près de 40 romans et 2 000 contes et articles qui à leur époque ne passèrent pas inaperçus. Ses productions et surtout cette imagination sont à l’origine de quelques amitiés célèbres. Apollinaire, Courteline, Maurice Leblanc ou bien encore Oscar Wilde furent de ses intimes. Avec pas mal de flair, voici Frédéric Boutet ressuscité dans les librairies avec ce recueil grâce aux éditions Terre de Brume.

Des contes en tout genre

Ce petit recueil (170 pages) a un sommaire plus que fournit. On y trouve près de 18 histoires de Frédéric Boutet. Des histoires sous forme de petits contes qui tirent très clairement vers le fantastique. On y trouve parfois un peu d’Edgar Allan Poe lorsque les fantômes des anciennes amantes ressurgissent pour rendre fous les hommes (L’insistance de Lucie), mais un Poe capable d’humour et de dérision. Ainsi Un fantôme raconte-t-elle l’histoire classique d’une maison dans laquelle un trépassé tente de convaincre un visiteur de le laisser tranquille et de quitter les lieux sans qu’il ait à l’effrayer. Ce jeu entre le morbide et l’humour se retrouve d’ailleurs dans de nombreuses nouvelles comme dans Quand nous aurons passé où un jeune homme découvre la drôle de société que forment les squelettes dans les cimetières la nuit ou dans l’Authentique antiquité où une momie négocie avec le directeur d’un musée un peu de liberté la nuit.

En y regardant de plus près, la satire semble finalement le fil conducteur de ces 18 petits contes. Frédéric Boutet se moque de ses contemporains et des travers de sa société comme dans L’homme qui disait la vérité où un homme toujours franc accumule les malheurs, ou dans l’Aquarium dans lequel une famille de poissons se moquent de deux amants. Le ton est, vous l’aurez compris, souvent léger, parfois un rien moralisateur et très rarement grave. Frédéric Boutet excellait dans la forme courte et ce recueil en est la preuve.

A redécouvrir

En parcourant ces Histoires vraisemblables qui nous viennent du début du XXème siècle, on se prend régulièrement à sourire. Des décennies plus tard, le ton légèrement désuet et l’humour de Boutet font toujours mouche. Et s’y on ne s’extasiera pas sur son talent, on peut lui reconnaître une belle imagination. De celles qui débordent d’idées et de situations coquasses. Qui savent parodier et parfois émouvoir. Terre de Brume a eu une bien belle idée en allant déterrer cet auteur. Voici un bon recueil dans lequel on picorera avec plaisir ces histoires d’un autre temps.

Visuel de la saisine de l'administration par voie éléctronique
Visuel du bouquet de services académiques

Contacts et services