Visuel du bouquet de services académiques

Lettres et Histoire Géographie

Sujet de l’épreuve de français session juin 2009

"J’ai poussé des cris, beaucoup de cris. Parce que je voulais m’entendre et que les sons ne me revenaient pas.
Mes appels ne voulaient rien dire pour mes parents. C’étaient, disaient-ils, des cris d’oiseaux de mer. Alors, ils m’ont surnommée la mouette.

« Et la mouette criait au-dessus d’un océan de bruits qu’elle n’entendait pas, avec la sensation d’être enfermée derrière une énorme porte, qu’elle ne pouvait pas ouvrir pour se faire comprendre des autres."

Lorsque Emmanuelle Laborit a sept ans, elle découvre la langue des signes. Le monde s’ouvre enfin. Elle devient une petite fille rieuse et "bavarde".

A l’adolescence, pourtant, tout bascule. Aux désarrois de son âge s’ajoute la révolte de voir nier l’identité des sourds. Emmanuelle ne peut plus concilier l’univers des entendants et le sien. Elle se referme, dérive, se perd dans des expériences chaotiques. Mais, lucide et volontaire, elle réagit et choisit de se battre : elle réussit à passer son bac, lutte pour faire reconnaître les droits des trois millions de sourds français, puis s’impose magistralement au théâtre dans "Les Enfants du silence".

Le cri de la mouette est le témoignage d’une jeune fille qui, à vingt-deux ans, a déjà connu la solitude absolue, le doute et le désespoir, mais aussi le bonheur, la solidarité et la gloire.

Mise à jour : 31 janvier 2012